1969

2018
Aux lisières de la danse et de la performance...
10 artistes réagissent aux 10 points
d’un télégramme de Wolf Vostell

En 1969, «année érotique», comme le chantaient en duo Gainsbourg et Birkin, l’art aime les manifestes et les provocations. L’artiste Wolf Vostell se rend au bureau de poste de la rue Casteix dans le quartier de la Bastille à Paris, pour y expédier un télégramme à l’intention du critique d’art Raphaël Sorin qui lui avait proposé de participer à une exposition. Dictée par l’artiste allemand à l’employé des postes, cette réponse urgente n’est pas facile à saisir...

Image: Télégramme, 1969 © THE WOLF VOSTELL ESTATE
Séquence sonore: Elektronischer dé-coll/age Happening Raum, 1968 © THE WOLF VOSTELL ESTATE

Après une formation en Arts plastiques et en danse, Mickaël Phelippeau est interprète auprès de nombreux chorégraphes dont Mathilde Monnier, Alain Buffard, Daniel Larrieu.

De 2001 à 2008, il travaille avec quatre autres artistes au sein du Clubdes5, collectif de danseurs-interprètes.

Depuis 2003, il développe ses propres projets chorégraphiques et axe principalement ses recherches autour de l’idée de «bi-portrait». En parallèle, il poursuit une démarche à géométrie variable, convoquant différents champs et média et s’inscrivant dans des contextes divers.

Depuis 2010, il est directeur artistique de la manifestation À Domicile à Guissény.

Il est artiste associé à L’échangeur – CDC Hauts-de-France (2016-2017-2018), en résidence au Théâtre Louis Aragon, scène conventionnée danse de Tremblay-en-France, au Merlan scène nationale à Marseille (2016-2018) et au Centre chorégraphique national de Caen (2016-2019).

Mickaël Phelippeau, Numéro d’objet, montage, 2011.
Mickaël Phelippeau, Pour Ethan, 2014.
Mickaël Phelippeau, Bi-portrait Jean-Yves, 2008. Photo Aldo Abbimante.

 

Something
is Happening

ce sont 10 artistes
interviewés sur
leurs rapports
aux avant-gardes
du passé.
Plus de 100 vidéos
à découvrir
sur grand écran. Ce site n’est pas accessible
depuis les appareils mobiles.
Une recherche soutenue par
l’ENSAPC et le CND.